... comme moi !

Et oui, après avoir adopté plein de chats, me voilà à avoir adopté un auteur il y a quelques mois par l'intermédiaire de ce site (clic !). Et qui a été ma pauvre victime me demanderez vous (ou pas) ? 

Suspens...

Vanessa Terral ! C'est une jeune auteur très sympathique, très dynamique qui écrit des nouvelles et des romans de bit-lit (une sorte de fantasy urbaine, si vous voulez). Elle m'a envoyé un de ses livres par mail, et j'ai eu la chance de lire un recueil de nouvelles "Ainsi commence la nuit".

Ainsi commence la nuit est un recueil de nouvelles sur le thème de la bit-lit ou fantasy urbaine. Les créatures surnaturelles sont donc diverses et variées dans ce recueil où les histoires se situent surtout à Paris, mais font aussi une petite escale en Grèce (Kleónikos... *_*) et aux Etats Unis.

Déjà, à la base, il faut savoir que je ne suis pas fan des nouvelles, donc ce recueil partait avec un à priori un peu négatif, il faut l'avouer. Mais curiosité aidant, j'ai décidé de lui laisser une chance. Et cet à-priori s'est confirmé. Les nouvelles sont très très courtes, malheureusement. A peine est-on entré dans l'histoire, à peine a-t-on commencé à connaître les personnages, que c'est déjà fini, et ça, c'est le gros point noir de ce recueil à mon avis. J'ai été très déçue par les premières histoires qui duraient entre 6 et 10 pages. J'aurais aimé en lire plus, notamment pour ma préférée "Cet homme à l'ombre du cyprès…". Pour celle ci, j'ai vraiment un gout d'inachevé dans la bouche, et c'est désagréable.

Pourtant les idées sont bonnes, et très très originales. C'est pourquoi j'aurai aimé que l'auteur approfondisse les histoires. A mon sens, il y avait matière à écrire plus longuement sur chaque thème. J'ai eu la chance de pouvoir discuter par mail avec Vanessa Terral, et elle m'a expliqué que ces nouvelles avaient déjà été publiées dans des magazines sous formes de fanzines. Ceci expliquant que les nouvelles soient aussi courtes. Savoir cela n'a pas empêché ma frustration malgré tout.

Pour en venir aux points positifs, car il y en a, et pas des moindres, le style d 'écriture de Vanessa Terral est très agréable à lire, très fluide. Je n'ai eu aucun mal à entrer dans les histoires, à « voir » ce qu'elle décrit. C'est un vrai talent qu'elle a là.

J'ai beaucoup aimé aussi le personnage récurrent de Manu Sarmans ainsi que les nouvelles (beaucoup plus longues que les premières du recueil) qui lui sont consacrées.

De plus, chaque nouvelle (voir chaque chapitre quand il y en a) est accompagnée d'illustrations (dont quelques unes en couleur) absolument magnifiques qui ont visiblement été faites « sur mesure » tant chacune colle à l'histoire qu'elle accompagne.

Pour conclure, ce recueil promet des nouvelles, et c'est ce qu'il donne. Alors si vous aimez les histoires courtes, il ne faut pas hésiter, vous passerez un bon moment. En ce qui me concerne, je vais me tourner vers les romans qu'a écrit Vanessa Terral, ça me conviendra mieux. Car j'aime le style de cette auteure, et quand j'aime une histoire, je préfère savourer sur la longueur !

 

Voili voilou pour ma toute première (et peut-être dernière, allez savoir) chronique !